Mackoaching -   Être en chemin
RSS

Articles récents

Être dans le contrôle…et le perdre.
1 + 1 = 3 ?
Être enthousiaste : jusqu’où aller trop loin ?
Être acteur ou auteur de sa vie ?
Le coach voyageur

Catégories

Cheminer
Être
Fondements du coaching
fourni par

Mon blog

Être acteur ou auteur de sa vie ?

"Ce que nous sommes est le cadeau que la vie nous a fait, ce que nous devenons est le cadeau que nous faisons à la vie"
(Michel St Jean)

"Impose ta chance.
Serre ton bonheur.
Va vers ton risque.
À te regarder, ils s'habitueront !"
(René Char)

Comment souvent dans ma vie, je me trouve actuellement dans une phase de transition, cette fois-ci liée à mon activité d’accompagnant ou, pour être franc, au fait que j’ai l’impression de traverser une période de « disette » en terme de mandats.
 

J’ai beau me raisonner en comparant mes chiffres actuels avec ceux de l’année passée à la même période, quasiment identiques, et négocier avec mes démons habituels – sentiment d’ennui, recherche de sens, le travail comme valeur suprême qui me fait oublier qu’il y a d’autres domaines de vie à soigner, mon saboteur interne qui me souffle que je ne suis pas un bon coach,… – ainsi qu’avec ma peur du vide, mes conclusions me mènent toujours à la même question : est-ce que je dois faire quelque chose pour que « ça bouge » ou pas ?
 
Cette interrogation me renvoie non seulement à la tension entre « réagir » et « agir » (« Si je pose un acte, est-ce pour calmer mes angoisses et pour faire taire mes diablotins chéris ou est-ce pour couvrir un besoin essentiel chez moi ? »), mais également à une question récurrente : si j’agis, est-ce pour être acteur ou auteur de ma vie ?
 
La différence entre ces deux postures semble peut-être futile, mais, pour moi, elle révèle une différence de taille.

Si être « acteur » de sa vie suppose poser des actes dans le but de reprendre du pouvoir sur certains aspects existentiels qui risquent sinon de nous mettre dans un rôle de victime, être « auteur » de sa vie pose, de mon point de vue, un problème philosophique voir spirituel : de quel droit pouvons-nous prétendre être à l’origine de ce fleuve vital qui nous a à la fois permis de naître et qui nous transporte aujourd’hui ? N’y a-t-il pas un risque de se prendre pour Dieu et, qui de plus est, pour une divinité omnipotente et omnisciente ?
 
Si je trouve qu’être « acteur » de sa vie repose sur la valeur fondamentale d’humilité vis-à-vis de la vie en nous confrontant avec les limites de nos actions quant aux résultats – qui ne nous appartiennent pas entièrement –, le fait de se revendiquer « auteur » de sa vie me paraît un brin naïf et me fait penser à une croyance très présente dans notre monde occidental et dont les États-Unis sont un exemple criant, presque caricatural : « quand tu veux, tu peux ». Un slogan qui fait de nous soit un « winner » soit un « looser » et qui ne voit la réussite qu'à la lumière de la performance.
 
Or, récemment, j’ai « rencontré » une lecture qui m’a permis de me décentrer et de voir la problématique sous un nouvel angle. Il s’agit du dernier ouvrage de Lytta Basset, théologienne protestante, philosophe et accompagnatrice spirituelle ; un opus dans lequel figure un chapitre intitulé « Avoir de l’autorité : être auteur de sa vie ».
 
Fidèle à sa démarche d’une grande rigueur intellectuelle, l’auteure neuchâteloise se penche tout d’abord sur l’étymologie du mot « autorité ». En effet, « étymologiquement, le mot auctoritas vient de la racine indo-européenne {aug} qui signifie augmenter, faire croître, avec une idée de force protectrice, voire de dynamisme et de créativité ». Sur cette base, exercer une autorité signifie donc tout d’abord « produire », « faire naître » (qui nous renvoie à la signification première de auctor, « celui qui fait croître et pousser, d’où aussi, en français, le mot « auteur » »).
 

Être une « auctoritas » désigne ensuite également le processus nécessaire à la réalisation d’un tel résultat : « une liberté dynamique qui me tire de moi-même », une capacité de me donner des autorisations qui, tout en respectant la liberté des autres, me permettent non seulement de me dépasser, de m’élever, de grandir mais également de devenir un modèle, un exemple pour d’autres, un « autorisateur » qui donne l’autorisation à d’autres de s’en octroyer à leur tour.
 
Dans cette perspective, être auteur de sa vie reviendrait donc à exercer son autorité en faisant tout d’abord preuve de créativité et cela dans le but de grandir, de croître et de participer à un processus vital dynamique : son propre développement et déploiement personnel. Le fait de se donner l’autorité et l’autorisation d’être l’auteur de sa vie permet ensuite à d’autres personnes de faire de même et à devenir elles-mêmes des autorités pour elles-mêmes et pour les êtres qu’elles côtoient.
 
En sa qualité de théologienne, Lytta Basset s’appuie ensuite sur un épisode de la Bible pour illustrer ses propos (en l’occurrence, le passage consacré à la femme adultère dans l’évangile de Jean (8, 1-11) et dans lequel Jésus prononce cette phrase maintes fois citées : « Que celui d'entre vous qui n’a jamais péché lui jette la première pierre ») et propose quelques réflexions – citées entre guillemets et en italique ci-dessous – que je me permets de commenter avec mes propres mots :
 
« L’authentique autorité est le fruit d’une descente au fond de soi » : il s’agit d’être vrai, de ne pas faire illusion ni envers soi-même ni envers les autres en accueillant consciemment ses ombres et ses lumières ainsi que sa vulnérabilité.
 
« L’authentique autorité est le fruit d’une réunification intérieure » : être auteur de soi revient à être présent à soi-même, à ses émotions, surtout quand il s’agit de la peur ou de la colère. Ceci ne signifie pas leur laisser libre cours, mais plutôt entreprendre un travail d’acceptation, de dialogue, de négociation vis-à-vis de nos « démons intérieurs » qui débouche sur une pacification de la relation avec eux. Pour le dire avec les mots du psychiatre américain Scott Peck : « la véritable paix intérieure exige une intimité avec la moindre des facettes de notre personnalité ».
 
« L’authentique autorité produit et fait croître soi-même et les autres » : exercer son autorité et être auteur de soi-même, c’est tout d’abord accorder ses propos et ses agissements à ses valeurs pour ensuite pouvoir agir en toute cohérence dans ses choix de vie tout en respectant les valeurs, les propos et les agissements d’autrui. Le fait de se respecter en étant ainsi « accordé » force le respect chez les autres et peut ensuite les encourager à faire de même.
 
« L’authentique autorité restaure le dialogue » : reconnaître sa propre autorité revient à reconnaître celle des autres, en toute horizontalité, sans jugement ni sentiment de supériorité ou d’infériorité. C’est accepter que nous sommes à la fois tous différents et, dans notre humanité, semblables de par notre vulnérabilité et nos émotions. Et c’est aussi assumer sa part de responsabilité dans tout dialogue et de laisser l’autre assumer la sienne. En d’autres termes : pour pouvoir communiquer avec l’autre, il faut tout d’abord être capable d’entrer en communication avec soi-même pour permettre à son vis-à-vis de faire de même.
 
« L’authentique autorité rend la parole » : afin de reconnaître l’autorité d’autrui et lui permettre d’être auteur de soi-même et de sa vie, il s’agit de le laisser s’exprimer pour qu’il puisse expliciter ses émotions, ses besoins, ses choix dans le but de pouvoir ensuite mieux les assumer. La parole a ainsi une double fonction : elle est à la fois le déclencheur et le vecteur du processus de créativité de soi. Et Lytta Basset de citer Michaël Foessel : « l’autorité opère sans bruit ni visibilité, mais elle repose sur une condition bien plus contraignante, celle de pouvoir être à son tour transmise ».
 
Le texte de la théologienne et philosophe protestante aura permis de faire évoluer ma réflexion autour de ce qui était pour moi une forme de dichotomie entre le fait d’être « acteur » ou « auteur » de sa vie.
 
Je réalise en effet que, pour être acteur de sa vie et de reprendre du pouvoir sur celle-ci en posant des « actes » et en jouant au mieux son rôle sur la scène du théâtre de la vie, il s’agit également d’exercer son autorité, d’être auteur donc, en étant relié et accordé à notre être profond, à nos émotions, à nos ombres et lumières, pour assumer pleinement notre responsabilité dans toute situation, à plus forte raison quand celle-ci implique d’autres personnes. Cette autorisation à être soi tout en respectant le droit à l’autorité et à l’autorisation de l’autre se trouve être une condition sine qua non pour permettre une action, en tout cohérence, des uns et des autres.
 
Et, par rapport à la question que je posais en ouverture de cet article – « est-ce que je dois faire quelque chose pour que « ça bouge » ou pas ? » –, je me dis qu’avant d’être « acteur » de ma vie en agissant, il serait bon que je continue à exercer mon autorité sur moi-même en dialoguant avec toutes les facettes de ma personnalité tout en me donnant l’autorisation d’être le plus accordé et relié avec qui je suis dans toutes mes activités actuelles. Autrement dit : pour que "ça" bouge, il faut d'abord que "je" bouge, intérieurement et extérieurement.
 
Et – c’est certainement la conclusion la plus importante pour moi ­– que je continue à dialoguer avec la vie : si ma part de responsabilité revient à être auteur de mon bout de communication, je dois aussi laisser à la vie la responsabilité de son bout de dialogue à elle. En d'autres termes : je ne dois pas oublier de rester à l’écoute de la vie, de sa « parole » et de tout ce qu’elle pourra m’apprendre et me fournir comme indices, plus ou moins évidents. Et, lorsque je voudrais devenir acteur en posant des actes, il s’agira d’être humble en acceptant la part d’autorité que la vie a sur elle-même. Et lâcher prise sur mes besoins de contrôle, de sécurité et de reconnaissance.
 
Être acteur ou auteur de sa vie n’est donc qu’une apparente opposition, puisque ces deux postures sont complémentaires : pour pouvoir être acteur de sa propre vie et agir de manière cohérente, le fait d’exercer une autorité sur soi-même tout en reconnaissant et en encourageant l’autorité que les autres exercent sur eux-mêmes se révèle être une condition essentielle.
 
Au fond, être auteur de sa vie revient à accepter que nous sommes avant tout co-auteurs du chemin à parcourir : nous ne sommes pas seuls et, si le choix de nos actes nous revient, nous n’avons que peu d’emprise sur leurs effets.
 
En tant qu’être humain et comme coach, je ne peux donc que vous encourager à être auteur et acteur de votre vie en agissant de la manière la plus cohérente possible avec ce qui vous habite ici et maintenant. Et j’espère sincèrement que mes essais, certes maladroits, d’être auteur de moi-même vous donne cette autorisation-là.
 
 
 
  • Basset, L. (2016). Vivre, malgré tout. Genève : Labor et Fides, p. 47-68
  • Peck, S. (2002). Au-delà du chemin le moins fréquenté. Réconcilier le coeur et la raison. Paris : Robert Laffont, p. 245
  • Foessel, M. (2005). Pluralisation des autorités et faiblesse de la transmission. Esprit, mars-avril 2005, p. 12.

10 commentaires pour Être acteur ou auteur de sa vie ? :

Commentaires RSS
Bodenwieser on Montag, 13. März 2017 21:00
Heʏa i am for tɦe primary time here. I came across this board and I to find It reallү usеful & it ɦelped me out a lot. I hope tο offer one thing back and aid others such as you helped me.
Répondre au commentaire


Shirley on Sonntag, 10. September 2017 09:25
Thіs post is actually a good one it аssists new the ԝeb people, who are wіshing for blogging.
Répondre au commentaire


Muhammad on Mittwoch, 14. Februar 2018 20:20
Нey there! Someone in my Myspace ɡroup shared this site with us so I came to check it out. І'm definitely loving the information. I'm book-marking and wiⅼl be tweetіng this to my followers! Teгrific blog and amazing design and style.
Répondre au commentaire


Erb on Mittwoch, 14. Februar 2018 20:23
Way cool! Some extremely valid points! I appreciate you penning tһis aгticle plսs the rest of the site is extremely good.
Répondre au commentaire


Taormina on Mittwoch, 14. Februar 2018 20:59
Fine way of explaining, and pleasant post to get data regarding my presentation focus, which i am going to deliver in college.
Répondre au commentaire


Demers on Dienstag, 20. Februar 2018 14:52
I'm impгessed, I must say. Seldom do I come across a blog that's equally educative and еnteгtaining, and without a doᥙbt, you have hit the nail on the head. The probⅼem is something that too few men and women are ѕpeaking intelligently about. I'm very happy that I came across this during my search for something regarding this.
Répondre au commentaire


McClemens on Mittwoch, 21. Februar 2018 17:51
Thanks a bᥙnch f᧐r sharing this wіtһ all peopⅼe you actuаlly know what you're speaking about! Βookmarked. Pⅼease additionally talk over with my site =). We will haѵe a ⅼink chɑnge contract among us
Répondre au commentaire


McClemens on Mittwoch, 21. Februar 2018 17:52
Thanks a bᥙnch f᧐r sharing this wіtһ all peopⅼe you actuаlly know what you're speaking about! Βookmarked. Pⅼease additionally talk over with my site =). We will haѵe a ⅼink chɑnge contract among us
Répondre au commentaire


Grace on Donnerstag, 22. Februar 2018 03:51
Heⅼlo, I do think your site may be һaving internet browser compatibility issues. Whenever I look at your website in Safari, it looks fine but when opening in IE, it hɑs some overlаpping issues. I just wanted to give yօu a quick heads up! Apart from that, great Ƅlog!
Répondre au commentaire


Callaghan on Freitag, 23. Februar 2018 20:35
Ꮋey I know this is off topiс but I waѕ wondering if you knew of any widgets I could add to my bloց that automatically tweet my newest twitter updates. I've been looking for ɑ pluɡ-in lіke this for qᥙite some time and was hoping maybe you would have some experience with something lіke thiѕ. Ρleaѕe let me know if you run into anything. I truly enjoy reading your blоg and I look forward to your new updates.
Répondre au commentaire

Ajouter un commentaire

Votre nom :
Adresse email : (obligatoire)
Site web:
Commentaire :
Vous pouvez modifier votre texte : agrandi, gras, italique, etc. avec les codes HTML. Voici comment faire..
Post Comment